Guide expérience

Les cabanes à sucre : une tradition québécoise

Le mercure se dégourdit, les tempêtes blanches ont plié bagage ; le moment est venu pour la population québécoise et visiteurs de passage de se livrer au plus gourmand des rituels du printemps. Comme une sève sucrée s’éveillant au cœur de l’érable, l’appel de la cabane à sucre se fait sentir! 🤤🍁

👉 Alors qu’est-ce qu’une cabane à sucre? Quand aller en visiter une au Québec? Qu’est-ce qu’on y mange?

Laissez-vous guider! On vous dit tout sur cette tradition printanière québécoise. ⤵️

Cabane à Sucre Constantin & Boutique du terroir - Laurentides
© Cabane à Sucre Constantin & Boutique du terroir - Laurentides

Patrimoine dans la cabane!

Avant même que soit avalée la première bouchée, les parfums sucrés et salés qui accueillent les gourmands à l’entrée de la cabane donnent l’eau à la bouche. Mais aucun parfum n’est plus invitant encore que celui de la tradition.

De grandes tables en bois, une nappe à carreaux rouge et blanche, un foyer ; c’est aussi pour ce décor rustique et chaleureux qu’on aime s’y réunir chaque année avec la famille, biologique ou choisie!

Après l’entrée de soupe aux pois et les cretons faits maison, les classiques omelettes au four, jambons fumés, fèves au lard et autres plats réconforts déclenchent le festin. C’est le je-ne-sais-quoi des recettes familiales ancestrales qui font de chaque cabane à sucre un endroit unique.

Aucun problème si le tout est servi en mode buffet ou dans de grandes assiettes à partager. Parce qu’après tout, le plaisir de la cabane, c’est aussi celui de manger à la bonne franquette!

Érablière L'Amalgame - Montérégie
© Érablière L'Amalgame - Montérégie
Le Relais des pins - Laurentides
© Le Relais des pins - Laurentides

Un partage culturel

L’invitation est éphémère ; il faut la saisir de la mi-mars à la fin avril, réglée chaque année sur la production d’eau d’érable. Les festivités qui l’entourent ne datent pas d’hier.

Bien avant l’arrivée des colons, ce sont les Premières Nations de l’Est de l’Amérique qui détenaient le secret de cet élixir. À l’époque, on le consommait comme boisson, ou on l’utilisait pour l’assaisonnement des légumes et des viandes. Le produit était même digne de plusieurs légendes! On raconte – entre autres – que c’est la femme d’un guerrier iroquois qui aurait découvert ses saveurs, après que celui-ci ait planté sa hache dans un arbre. C’est toutefois la technologie des Européens, avec leurs marmites en fonte, qui a permis la transformation de l’eau en sucre.

Dès le 18e siècle, on construit des abris rudimentaires au cœur des érablières pour permettre aux producteurs de se protéger du froid pendant la récolte d’eau d’érable. Ceux-ci deviennent des abris permanents vers la fin du 19e siècle. Au 20e siècle, ces cabanes gagnent en espace et en confort, jusqu’à devenir la résidence secondaire des acériculteurs.

Pendant le temps des sucres, leur famille s’y rassemble pour des moments de fêtes gourmandes et musicales.

Voilà l’origine des cabanes à sucre que l’on connaît aujourd’hui, à ne pas confondre avec les érablières. La cabane, c’est le lieu où l’on mange ; l’érablière est la forêt qui l’entoure.

Labonté de la pomme - Laurentides
© Labonté de la pomme - Laurentides
© Bistreau d'érable - Chaudière-Appalaches
© Bistreau d'érable - Chaudière-Appalaches

L'or blond

Une autre légende autochtone raconte qu’un sirop parfaitement sucré circulait autrefois au cœur des érables. C’est pour en diluer le goût et ainsi éviter la paresse des humains que Manabush aurait versé une pleine chaudière d’eau à l’intérieur d’un arbre.

Quiconque voudrait
sucrer ses crêpes ou cuisiner un pouding chômeur allait devoir se retrousser les manches! Et c’est ce que les acériculteurs québécois font chaque printemps.

L’eau d’érable est d’abord recueillie, puis filtrée et bouillie pendant plusieurs heures dans un évaporateur avant de se transformer en sirop. Sa couleur – du doré clair au très foncé – dépend tout simplement du moment de la récolte de l’eau d’érable.

Cabane du Coureur - Montérégie
© Cabane du Coureur - Montérégie
Érablière Richard Boily - Région De Québec
© Érablière Richard Boily - Région De Québec

Pas d’un fil!

Que vous enfiliez la traditionnelle chemise de flanelle à carreaux ou que vous optiez pour des vêtements mous et extensibles – question de ne pas devoir résister à une deuxième, voire une troisième assiettée – l’important c’est de s’habiller chaudement! Parce qu’après les boules grands-pères dans le sirop, c’est en plein air que le festin se poursuit. 

Dehors, les traditionnelles sucettes de tire d’érable bouclent l’expérience gastronomique.

Question de maximiser la sortie hors de la ville – et d’activer la digestion – certaines cabanes à sucre ont aménagé des sentiers à travers leur érablière. D’autres proposent des promenades de chevaux. Chose certaine, les bottes imperméables ne seront pas de trop pour bien profiter de la journée! Majoritairement ouvertes en mars et avril, certaines cabanes offrent toutefois des repas à l’année (sur réservation).

Cabane du Coureur - Montérégie
© Cabane du Coureur - Montérégie
P’tite Cabane d’la Côte - Laurentides
© P’tite Cabane d’la Côte - Laurentides

☝️🤓 Ce que vous ne saviez peut-être pas sur le sirop d’érable!

✅ Quarante litres d’eau d’érable sont nécessaires pour la production d’un seul litre de sirop.

✅ On compte plus de 20 000 cabanes à sucre au Québec pour se sucrer le bec, dont environ 6 500 commerciales!

✅ La consommation annuelle de sirop d’érable au Québec était estimée à 3,2 livres par personne en 2020.

✅ Le Québec est le plus grand producteur de sirop d’érable au monde, assurant 71% de la production mondiale. Les exportations des produits de l’érable profitent à 70 pays, mais plus de la moitié sont destinées aux États-Unis.

✅ Pour réaliser la plus longue mission en orbite d’un Canadien dans l’espace, il a fallu un peu de sirop d’érable! L’astronaute David Saint-Jacques a été ravitaillé par de petits tubes, question de garder le moral pour les 204 jours passés en apesanteur.

✅ La municipalité de Laurierville, dans le Centre-du-Québec, est en quelque sorte la capitale nationale du sirop d’érable. Un entrepôt de 267 000 pieds carrés y a été érigé pour accueillir des réserves d’or blond, une solution pour assurer un approvisionnement constant et stabiliser le prix du produit.

✅ Chaque année depuis 2010, le Concours de la Grande Sève couronne le meilleur sirop d’érable produit au Québec. Pour sa prochaine édition, tous les yeux sont tournés vers la Ferme entre deux pays, à Sainte-Sophie-d’Halifax, dans le Centre-du-Québec, qui a remporté les honneurs lors des deux derniers concours.

✅ En plus de son goût exquis, le sirop d’érable est un aliment qui regorge de propriétés alimentaires. Il est riche en polyphénols, qui permettent notamment de freiner le vieillissement cellulaire!

✅ En 2021, on dénombrait 8 653 exploitations acéricoles au Québec.

✅ Chaque année, des sacs cadeaux remplis de produits de luxe sont offerts aux artistes nommés aux Oscars, qui célèbrent la crème du cinéma américain. Parmi les bijoux et les cosmétiques dispendieux, on retrouve aussi… du sirop d’érable québécois!

Cabane à sucre et produits La Martine - Cantons-De-L’Est
© Cabane à sucre et produits La Martine - Cantons-De-L’Est

Les cabanes à sucre au Québec : une expérience traditionnelle

🍁 Qu'est-ce qu'une cabane à sucre ?

On retrouve la cabane à sucre dans une érablière. La cabane à sucre est un bâtiment où l’on sert des mets traditionnels du Québec. Toute la famille et amis s’y réunissent autour de bons repas de bûcherons!

🥞 Quel est le menu typique d'une cabane à sucre québécoise ?

Le menu traditionnel y est souvent copieux : bacon à l’érable, bines à l’érable, crêpes à l’érable, pouding chômeur, jambon fumé à l’érable, œufs et saucisses cuits dans le sirop d’érable et les fameuses oreilles de crisse. Et comme digestif, dégustation de tire d’érable sur neige.

🗓 Quand visiter une cabane à sucre ?

La meilleure période pour perpétuer cette tradition québécoise se déroule principalement entre mars et avril, à la sortie de l’hiver, durant la période dite « temps des sucres ».

😍 Quelles sont les meilleures adresses de cabanes à sucre au Québec ?

Avec ses quelque 20 000 cabanes à sucre, Québec n’aura pas fini de vous étonner. Comme nous ne pouvons pas toutes les citer ici, découvrez le répertoire des cabanes à sucre membres du réseau Terroir et Saveurs du Québec.

© Cabane à sucre et produits La Martine - Cantons-De-L’Est 2
© Cabane à sucre La Martine - Cantons-De-L’Est
Érablière Richard Boily - Région De Québec
© Érablière Richard Boily - Région De Québec
Cabane à sucre Le Relais des pins - Laurentides
© Le Relais des pins - Laurentides

Photo couverture : © Francis Gagnon, Destination Québec cité

Blog

Vous aimerez peut-être ces articles liés à votre lecture
Qu'est-ce qui rend le tourisme gourmand du Québec si différent
Guide expérience
Découvrez ce qui fait la richesse du tourisme gourmand québécois, entre traditions nordiques et créativité contemporaine. Des produits du terroir aux festiva...

En savoir plus

L'histoire du tourisme gourmand au Québec
Guide expérience
Plongez dans l’évolution captivante de l’agrotourisme québécois, des débuts modestes des gîtes à la ferme dans les années 70 à la diversification...

En savoir plus

6b223c4b
Guide expérience
Question de se mettre dans l’ambiance des Fêtes, il n’y a pas meilleure activité que d’aller cueillir son sapin de Noël. Une journée à joue...

En savoir plus