Guide expérience

Cueillir son sapin de Noël : une expérience magique

Question de se mettre dans l’ambiance des Fêtes, il n’y a pas meilleure activité que d’aller cueillir son sapin de Noël. Une journée à jouer dehors, à la recherche du plus beau, celui qui aura fière allure dans votre maison! Plusieurs bonnes adresses proposent de faire l’autocueillette dont quelques établissements reconnus Terroir et Saveurs du Québec. Pleins feux sur cette tradition unique avec laquelle il fait bon de renouer, année après année.

Comme dans le bon vieux temps

Si pour certain.e.s, faire l’autocueillette de sapin est un incontournable, pour d’autres, il s’agit plutôt d’une occasion de se rappeler les Noëls d’antan. Ceux qui, autrefois, faisaient de cette récolte une grande fête! Comme dans le temps, petits et grands partaient minutieusement à la recherche de « son » Roi des forêts, le plus gaillard, le plus touffu et le plus odorant. Un peu comme si on s’apprêtait à accueillir un nouveau membre de la famille.

Mais d’où tient l’origine de cette tradition? On raconte qu’un ancien rite païen voulait que l’on honore un arbre (le sapin aurait remplacé le chêne!(3), près de la date du solstice d’hiver, car ce dernier symbolisait la vie. Ainsi était célébrée la renaissance du Soleil.(4) En quelque sorte, c’est dans le même esprit féerique et de réjouissances que s’inscrit l’expérience d’autocueillette proposée par les entreprises que voici.

Verger Champête (Cantons-de-l’Est)


Dès le 16 novembre, tous les jeudis, vendredis, samedis et dimanches, le Verger Champêtre – gîte & compagnie vous attend à Granby pour la coupe de votre arbre du temps des Fêtes. S’alignent dans la sapinière, sur plus de 8 hectares, des arbres de toutes formes et grandeurs, au travers de quoi s’entremêlent des sentiers pédestres (2.8 km) peuplés de moutons, de chevaux miniatures et de mignons alpagas. Littéralement de la magie au pied carré!

Si vous faites un tour à la boutique, vous trouverez non seulement de belles idées cadeaux pour les gourmands, mais aussi toutes sortes de décorations pour votre maison, y compris des couronnes naturelles faites de sapinage.

L’autocueillette comprend:

  • Le prêt d’une scie et d’un traîneau;
  • L’emballage et l’installation sur le toit de la voiture;
  • Une visite libre de la ferme d’élevage et des sentiers pédestres;
  • Un accès à la mini ferme;
  • Sac de guimauves à faire griller sur feu de bois extérieur et breuvage chaud.

Ferme Quinn (Montérégie)

À Notre-Dame-de-l’Île-Perrot (à seulement 20 minutes de Montréal), la Ferme Quinn invite les familles à choisir, directement de leur plantation, leur sapin de rêve. L’activité débute par une balade en charrette, tirée par un tracteur, jusqu’à atteindre les champs. Les variétés disponibles à la cueillette: sapins baumier, Fraser, pin blanc, pin sylvestre ou épinette bleue. Sans quoi, une sélection de sapin fraîchement précoupés est prévue à la boutique.

Justement, à propos de la boutique, de retour à l’accueil, vous pourrez vous y réchauffer avec une boisson chaude. Il faut bien refaire le plein d’énergie avant de la visiter de fond à comble pour compléter votre repas des Fêtes par leurs nombreux produits du terroir.

L’autocueillette comprend:

  • Un filet de transport;
  • Un accès à la grange d’animaux et à l’aire de jeux.

Les vendredis, samedis et dimanches, du 24 novembre au 10 décembre. Les places sont limitées, ne tardez pas à réserver.

Le saviez-vous?

  • Environ 85 millions de sapins de Noël sont plantés chaque année à travers le monde!(1)
  • Au Québec, 4 principales variétés sont cultivées soit le sapin baumier (le plus parfumé et considéré comme l’arbre de Noël par excellence!), Fraser (originaire des États-Unis et le 2e plus cultivés en province), le Canaan et Cook dans la lignée des baumiers.(2)
  • C’est en 1781 qu’un premier sapin est décoré au Québec pour célébrer Noël. Il semble que ce soit le général allemand Friedrich-Adolphus Riedesel, posté à Sorel, qui eut l’idée d’orner son sapin selon la coutume de son pays. Or, il faudra attendre au 19e siècle avant que les arbres de Noël ne s’implantent véritablement au Canada.(3)
  • Selon le MAPAQ, ce sont près de 2 400 000 arbres de Noël qui sont vendus chaque année au Québec. En effet, c’est la province qui produit et qui vend le plus grand nombre d’arbres provenant majoritairement des régions de l’Estrie et de la Chaudière-Appalaches.(4)

Infos pratiques

  • Quoi apporter? Évitez les mauvaises surprises en apportant un ruban à mesurer lors de votre autocueillette. À l’extérieur, les sapins ont toujours tendance à paraître plus petits. De même qu’une bonne paire de gants si vous ne voulez pas avoir les doigts « gommés ».
  • Est-ce que les sapins en autocueillette sont plus chers? Évidemment, les prix sont aussi variés que les sapins. Toutefois, cette activité n’est pas vraiment plus onéreuse que le coût d’un sapin déjà coupé. Par exemple, au Verger Champêtre, le tarif est de 65 $ (taxes en sus) pour un sapin de votre choix, et ce, peu importe sa grandeur. Sans quoi, la Ferme Quinn vous offre le sapin baumier ou Fraser à 70 $ (jusqu’à 8 pi).
  • Quel est le meilleur moment pour acheter/cueillir son sapin? Dans la mesure où la plupart se conservent à l’intérieur entre quatre et six semaines, le début du mois de décembre serait donc l’occasion idéale. Il faut savoir que la majorité des sapins vendus ici sont coupés à la mi-novembre.(6)
  • Lequel choisir: sapin baumier ou le Fraser? Outre les questions de look puis d’odorat, gardez en tête que les branches du baumier sont généralement plus denses, plus flexibles, un aspect à ne pas négliger si vous avez de gros ornements! Le Fraser, quant à lui, a la meilleure rétention des épines.(7)
  • Comment bien entretenir son sapin? Si vous avez opté pour un sapin déjà coupé, idéalement, vous devez trancher son « pied » d’environ 2 cm (ou demandez qu’on le fasse pour vous à l’achat) juste avant de le placer dans son support. De cette façon, vous maintiendrez sa fraîcheur longtemps. À ce sujet, n’oubliez pas que le sapin boit principalement par ses couches extérieures d’où l’importance de ne pas écraser l’écorce ainsi que les flancs du tronc. Côté arrosage, il est préférable de remplir son réservoir complètement après l’avoir installé, puis de vérifier le niveau d’eau chaque jour. À vérifier: non seulement le support doit contenir de l’eau, mais le tronc doit également être imbibé.(6)
  • Que faire de son sapin après les Fêtes? Sachez que dès janvier, bon nombre de municipalités québécoises organisent un ramassage de sapins naturels pour notamment les transformer en paillis, les utiliser lors de la fabrication d’huile naturelle ou encore, les envoyer au compostage.(5)
  • Et la grande question: quel sapin est le plus écologique? En raison de plusieurs facteurs, en particulier la quantité de pollution que génère un sapin artificiel lorsqu’il est produit et jeté, il est loin d’être préférable en termes d’empreinte environnementale. Un sapin artificiel devrait être gardé au moins 20 ans pour qu’il devienne plus écoresponsable qu’un naturel.(7) La meilleure option reste la plus simple, soit de couper soi-même son arbre dans une forêt/producteur près de chez soi.

Au final, quel est le plus grand avantage de cueillir son sapin de Noël? Tout simplement parce que c’est un véritable plaisir de pouvoir le choisir dans son environnement naturel, de le saluer du bout des doigts, de le humer, de l’imaginer magnifiquement décoré. D’autant plus que sa fraîcheur est assurée, ce qui vous permettra d’admirer sa flamboyance des semaines durant!

Sources
(1) Radio-Canada, Connaissez-vous bien votre sapin?, 2018
(2)Gouvernement du Québec, Culture des arbres de Noël, 12 septembre 2022
(3)Radio-Canada, Les décorations de sapin de Noël, une tradition vieille de plusieurs siècles, 2020
(4)Noovo, Le sapin de Noël d’hier à aujourd’hui, 30 septembre 2022
(5)Le Devoir, Naturel ou artificiel, quel sapin est le plus vert?, 6 décembre 2021
(6)Noovo, Sapin naturel 101 : comment choisir et entretenir son sapin de Noël, 24 septembre 2022
(7)Quatre,95 – Urbania, Comment bien choisir son sapin de Noël, 18 novembre 2022

Blog

Vous aimerez peut-être ces articles liés à votre lecture
Qu'est-ce qui rend le tourisme gourmand du Québec si différent
Guide expérience
Découvrez ce qui fait la richesse du tourisme gourmand québécois, entre traditions nordiques et créativité contemporaine. Des produits du terroir aux festiva...

En savoir plus

L'histoire du tourisme gourmand au Québec
Guide expérience
Plongez dans l’évolution captivante de l’agrotourisme québécois, des débuts modestes des gîtes à la ferme dans les années 70 à la diversification...

En savoir plus

cabane-a-sucre-tradition-quebecoise
Guide expérience
Le mercure se dégourdit, les tempêtes blanches ont plié bagage ; le moment est venu pour la population québécoise et visiteurs de passage de se livrer au plu...

En savoir plus